Avery_Velez.jpg

Proposants:

  • Ian Soutar - BC 
  • William Gagnon - QC  
  • Sabine Moller  - ON 
  • Thana Boonlert - AB  
  • Juliana Facundo - NS 
  • Caryn Bergmann -ON 
  • Shawn Setyo - SK  
  • Calvin Winter - ON 
  • Hugh Thorborn- BC
  • Alex Bergeron - ON  

Biographie:

Bonjour! Je me nomme Avery (iel/lui) et je m’identifie principalement en tant que trans non binaire, queer, autochtone, activiste, féministe et Terre-neuvien. J’applique une lentille autochtone/anticolonialiste, trans, et intersectionnelle-féministe à tout ce que je fais.

Je compte trois années d’expérience en politique; j’ai notamment travaillé à la mise en application d’accords sur des revendications territoriales, le logement abordable dans le Nord (je faisais partie de l’équipe qui a obtenu plus de 100 millions de dollars pour le logement dans le Nord dans le budget de 2016), la salubrité et l’infrastructure de l’eau potable, l’éducation des Premières Nations, l'autonomie gouvernementale autochtone, la politique internationale, le G7, le langage non sexiste, l'inclusion des trans et des queers, et la recherche sur la traite des personnes et la violence basée sur le genre.

En ma qualité de vice-président, j’utiliserais ma voix et mon privilège de personne apte physiquement, intelligente au sens conventionnel, éloquente et de ressemblance caucasienne pour promouvoir une plus grande collaboration avec les différentes communautés, particulièrement avec les communautés queers et transgenres, les personnes handicapées, et les personnes noires, autochtones et de couleur. Cet engagement est important au moment d’élaborer des politiques ou de prendre des décisions afin de s’assurer que, autant que les personnes puissent être bien intentionnées, nous ne faisons pas de suppositions quant à ce que les différentes communautés souhaitent ou ont besoin, et qu’en essayant d’aider certaines personnes, nous ne les marginalisons pas davantage. J’aimerais aussi travailler à combler le fossé entre les Jeunes verts et le Conseil fédéral, pour que la voix des Jeunes verts soit écoutée et respectée, en plus de défendre le droit des participants de s’exprimer dans n’importe quelle langue officielle ou autochtone de leur choix.